Bienvenu sur notre site!|
Vous êtes sur: Religion

Débat sur le retard du dépôt du projet de budget 2018 : Lokondo face à ses collègues ce vendredi  


Suite à son interpellation adressée au Premier ministre Bruno Tshibala, au sujet du retard du dépôt de la loi des finances pour l’exercice 2018, le député national Thomas Lokondo est appelé ce vendredi à l’Assemblée nationale, pour exposer son réquisitoire contre l’actuel locataire de l’hôtel du gouvernement.

C’est à l’issue de son exposé que la plénière tranchera après débat sur la recevabilité ou non de son initiative de contrôle parlementaire dirigée contre le chef du gouvernement, conformément à l’article 186 du règlement intérieur de la chambre basse du parlement congolais.

Par son interpellation, l’élu de Mbandaka reproche à Bruno Tshibala d’avoir trainé le pied pour déposer le projet de budget 2018 en violation des dispositions constitutionnelles et légales en la matière.

Pour soutenir son action, Thomas Lokondo s’appuie en effet, sur l’article 126 de la Constitution qui stipule que le projet de loi de finances de l’année qui comprend  notamment le budget, est déposé par le gouvernement au plus tard le 15 septembre de chaque année.

Cette démarche de Lokondo constitue pour une frange de l’opinion, un premier test pour la Majorité après la crise qui avait fortement secoué l’Assemblée nationale.

L’opposition qui vient de regagner fraichement l’hémicycle, après
avoir obtenu l’engagement du speaker de la chambre basse de ne plus
étouffer les initiatives de contrôle parlementaire, testera à travers
cette interpellation, la bonne foi de la Majorité à l’Assemblée
nationale.
«  Que ce soit un gouvernement de l’opposition ou de la Majorité,
quand il y a violation de la Constitution », a-t-il laissé entendre,
tous nous devons nous placer devant nos responsabilités. Thomas
Lokondo persiste et signe que par respect de la Constitution, le
Premier ministre devrait se soumettre aux dispositions légales et
constitutionnelles qui l’obligent de déposer le projet du budget dans
le délai. Cela pour permettre aux députés et sénateurs, de pouvoir
l’examiner dans 40 jours.
Il souligne en conséquence que faute de l’avoir fait, le gouvernement
Tshibala est donc réputé démissionnaire en se référant à l’article 126
de la Constitution qui accorde 15 jours à l’exécutif pour le dépôt du
projet de budget.
L’Assemblée nationale jugera-t-il recevable l’interpellation de Tshibala ?
Lokondo se frotte déjà les mains, sûr de détenir le soutien de
nombreux députés de la Majorité.
Attendons voir la suite !
Eric Wemba

(  le phare , via www.congosynthese.com)

 




Autres Titres